Association Sportive Algériennes du Chambon-Feugerolles : site officiel du club de foot de LE CHAMBON FEUGEROLLES - footeo

article de la tribune le progres du 10/05/2014

11 mai 2015 - 14:23

entretien au journal du president S.BOURHALFA

Vous êtes dans l'édition abonné Publié le 10/05/2015 à 05:00  LE CHAMBON-FEUGEROLLES. « D’autres clubs nous ont montré la voie à suivre »

Interview. Auteur d’une belle saison avec leur club respectif, François Mondon et Sédick Bourhalfa nous ont confié leurs sentiments sur le foot dans la ville.

François Mondon et Sédick Bourhafa, deux présidents, une même vision.  Photo Jean-Pierre Samuel

François Mondon et Sédick Bourhafa, deux présidents, une même vision.  Photo Jean-Pierre Samuel

 

Si l’on en croit les résultats sportifs du GS Dervaux et de l’ASA, il semblerait que les deux clubs chambonnaires soient entrain de prendre le leadership du football dans la vallée de l’Ondaine, qu’en pensez-vous ?

François Mondon : Nos deux clubs représentent plus de 700 licenciés au Chambon. C’est un cas unique dans une aussi petite ville. Nous cohabitons de manière exemplaire car nous travaillons ensemble depuis des années. Sédick était notre entraîneur durant neuf ans au sein du GS Dervaux. Alors forcément, nous avons de nombreux points en commun. À chacun sa différence, mais à nous deux ont fait du bon travail. Mais il ne faut pas dire que nous sommes les meilleures de la vallée ici au Chambon. Ce n’est pas vrai car il y a de très beaux clubs comme Roche ou Firminy ou les équipes de jeunes évoluent en ligue, le classement des équipes fanion étant anecdotique, même si nous sommes fiers de leur parcours cette année.

Sédick Bourhalfa : Bien sûr que cette année l’équipe fanion a bien négocié la saison. Nous travaillons avec nos éducateurs, mais non, nous ne sommes pas référent dans la vallée, d’autres clubs nous ont montré la voie à suivre et c’est dans cet esprit que nous travaillons.

« La stabilité est le maître mot de la réussite »

Sédick Bourhalfa, coprésident

Vos deux équipes seniors sont en lice pour la montée en DH, comment l’expliquez-vous ?

F. M. : Je crois que c’est à force de travail et de stabilité que l’on parvient à obtenir un certain niveau, c’est un travail de longue haleine, et puis chez nous, l’argent ne circule pas. Si l’on vient à Dervaux, c’est pour le sport et rien d’autre.

S. B. : Pour avoir travaillé longtemps avec Dervaux comme entraîneur, je me suis forgé une idée du foot aux cotés de François.

Nous avons la même vision du monde amateur. La stabilité est effet le maître mot de la réussite. Quant à l’argent, ce n’est pas compliqué, nous n’en n’avons pas, alors la réussite passe par l’envie d’avoir envie.

Le fait que vos deux clubs soient référents de la FFF en ce qui concerne la formation des jeunes a-t-il contribué à votre réussite ?

F. M. : Vous savez le GS Dervaux est un des rares clubs de la Loire (avec l’ASA) à avoir signé le programme éducatif de la fédération

Ceci nous impose des devoirs vis-à-vis des jeunes. C’est la raison pour laquelle nous avons été labellisés ce qui est un gage de sérieux pour les familles qui nus confient leurs enfants. En effet, tous nous éducateurs sont diplômés par la fédération.

S. B. : Nos clubs respectifs sont des clubs de quartiers. Nous avons un rôle social à jouer.

Beaucoup de nos gamins ont en difficultés, nus devons donc les aider.

Bien sûr il y a la formation sportive, mais pas seulement.

Nous formons également des citoyens. C’est notre rôle, notre mission.

> Soyez le 1er informé, inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters, cliquez ici

Commentaires

Aucun événement